Le microcrédit

APPROCHES DU MICROCRÉDIT

Dans une perspective de développement économique et d’élimination de la pauvreté, le microcrédit offre du financement (provenant d’investissements socialement responsable amassés auprès de la communauté et du secteur privé), de l’accompagnement personnalisé et du soutien à des personnes en marge des réseaux de financement et d’accompagnement conventionnels pour la réalisation d’un projet entrepreneurial individuel ou collectif et ainsi atteindre l’autonomie financière. L’approche du microcrédit est souple, personnalisée et inclusive.

Le microcrédit québécois : une approche originale, innovante et humaine

On associe plus facilement le microcrédit et ses différentes pratiques d’aide aux pays défavorisés ou en développement. Mais le microcrédit « façon québécoise », que l’on nomme aussi crédit communautaire, se distingue des formules qu’on retrouve ailleurs dans le monde : il s’agit d’une approche globale visant à combler les besoins tant économiques que sociaux des personnes.

Un outil de développement économique et d’inclusion sociale

MicroEntreprendre et ses membres contribuent au développement économique du Québec et y construisent une culture entrepreneuriale en s’assurant que tout individu puisse développer son potentiel entrepreneurial avec succès. En ce sens, le microcrédit québécois s’inscrit dans le mouvement de l’économie sociale en contribuant concrètement à l’augmentation de la richesse collective et en participant à la qualité de vie des gens

En réponse aux besoins de personnes exclues des réseaux de financement traditionnels, le microcrédit contribue également à combattre l’exclusion sociale. Par un accompagnement de proximité, de la formation et du soutien technique combinés à un financement flexible, le microcrédit québécois favorise assurément le développement économique et social de personnes sur l’aide sociale, de travailleurs à faible revenu ou « sans chèque » en leur permettant de prendre leur place dans la société par le biais de l’entrepreneuriat. C’est pourquoi les organismes de microcrédit dispensent leurs services entre autres à des femmes à faibles revenus, des immigrants, des anglophones, des jeunes et des personnes exclues, des personnes en situation de handicap, etc.

La clé de la réussite du microcrédit au Québec s’appuie sur 3 piliers distinctifs : l’accompagnement de proximité, l’accès au microcrédit et la capitalisation provenant de la communauté.

Le microcrédit ne fait pas que combler le vide laissé par les institutions financières, il est avant tout un outil de développement adapté aux collectivités. Il permet à des personnes vulnérables financièrement et souvent marginalisées de prendre leur place dans la société. De ce fait, le microcrédit s’inscrit dans la mouvement de l’économie sociale en contribuant concrètement à l’augmentation de la richesse collective et en contribuant à la qualité de vie des gens.

C’est ainsi que depuis maintenant plus de 20 ans :

« Là où les autres voient un risque, nous voyons un potentiel humain ».